Tomaten und Paradeiser

EINLADUNG

Im Rahmen des «OPEN SQUARE» im CarréRotondes organisiert SLOW FOOD Luxemburg, in Zusammenarbeit mit verschiedenen Partnern, die Veranstaltungsreihe HUNGRY PLANET.
Der Planet hungert. Ein Teil der Menschheit verlangt nach mehr Nahrung, ein anderer nach gesünderen Produkten. Wird es möglich sein, den guten Geschmack der Reichen mit den Grundrechten der Armen zu versöhnen ? Eine komplexe Thematik, die auf eher spielerische denn akademische Art und Weise behandelt wird.
Slow Food Luxemburg lädt zur nächsten Veranstaltung ein :

«TOMATEN und PARADEISER»

Früchte des Paradieses und der Hölle

Der Abend «Tomaten und Paradeiser» zeigt das legendäre Gemüse mit seinen Licht- und Schattenseiten:

  • Kurze Einführung durch ein Mitglied von Slow Food,
  • Vortrag von Georg Schramayr, anerkannter Spezialist für alte Varietäten von Paradeisern, wie die Tomaten in Österreich heißen. (Vortrag auf Deutsch),
  • Auszüge aus dem Dokumentarfilm «El Ejido – das Gesetz des Profits» über die unmenschlichen Zustände beim industriellen Tomatenanbau in Andalusien (Spanisch/arabisch, OmU in FR/EN),
  • Degustierung von verschiedenen Kreationen auf der Basis alter Tomatensorten, serviert von Steffen Traiteur,
  • Dazu einige Rotweine aus biologischem Anbau,
  • Diskussion im entspannten Ambiente des Exit07.

Ab 21:00h, Playlist mit Musik von “Tomatito» und anderen Flamenco-Musikern.. es darf getanzt werden

Termin :
Mittwoch 29.09.2010 um 18:30 Uhr
Ort:
Exit07 im Carré Rotondes, 1 rue de l’Aciérie, Luxembourg Hollerich
Unkostenbeitrag:
Mitglieder: EUR 12,- Nicht-Mitglieder: EUR 15,-

Das Exit07 ist von 21 Uhr an wieder für alle zugänglich.
Die Einschreibung für dieses Event erfolgt durch Überweisung des Unkostenbeitrags auf das Konto CCP no. IBAN LU03 1111 1719 6884 0000 von Slow Food Luxemburg, Stichwort «Tomaten», vor Montag, 27. September 2010.


INVITATION

Dans le cadre de l’OPEN SQUARE de l’espace culturel CarréRotondes, SLOW FOOD Luxembourg organise, en collaboration avec différentes organisations, des soirées sous le nom de HUNGRY PLANET.
La planète a faim. Une partie de l’humanité réclame plus de nourriture, une autre des aliments plus sains. Sera-t-il possible de concilier le bon goût des riches et les droits élémentaires des pauvres ? Sujets complexes que nous voulons traiter d’une facon plus ludique que traditionnelle.
Nous avons le plaisir de vous inviter à notre prochaine soirée:

«TOMATES PARADISIAQUES»

Fruits du paradis et de l’enfer

Pourquoi renoncer au plaisir quand sa version équitable est tout aussi agréable? La soirée «Tomates paradisiaques» présente le légume mythique dans tous ses états d’urgence:

  • Brève introduction (membre Slow Food)
  • Exposé de M. Georg Schramayr, spécialiste des variétés anciennes de «Paradeiser» (tomates en autrichien). Exposé en allemand,
  • Extraits du film «El Ejido – la loi du profit» sur l’enfer des serres du Sud de l’Espagne, (version espagnole/arabe sous-titrée FR/EN)
  • Soirée dégustation d’amuse-bouche élaborés à base de variétés de tomates anciennes par Steffen Traiteur
  • Accompagnement de vins rouges biologiques.
  • Discussion dans l’ambiance conviviale de l’Exit07.

A partir de 21:00h, Musique ambiante avec playlist de “Tomatito y otros andaluces» .. et tout le monde sur la piste…

Date :
Mercredi 29.09.2010 à 18:30 heures
Lieu et adresse :
Exit07 au Carré Rotondes, 1 rue de l’Aciérie, Luxembourg Hollerich
Frais de participation :
Membres: EUR 12,- Non-membres : EUR 15,-

L’Exit07 est ouvert au grand public à partir de 21:00h.
L’inscription pour cet évenement doit se faire par virement des frais de participation sur le compte CCP no. IBAN LU03 1111 1719 6884 0000 de l’a.s.b.l. Slow Food Luxembourg avec la mention «Soirée TOMATES», avant le lundi 27 septembre 2010

Visite guidée des jardins du couvent »Klouschtergaart » (Rapport / Bericht)

Slow Food se met au vert

Visite du « Klouschtergaart » le dimanche 12 septembre 2010

Bel bol de légumes frais et croquants pour les ami(e)s de Slow Food lors de la visite guidée des jardins du « Klouschtergaart » !

Ces installations situées en face de l’abbaye Neumunster dans le quartier Grund sont gérées par les services Jardinage de la Ville de Luxembourg.

Notre guide M. Steve Schwartz, maître-jardinier des lieux, nous a ouvert son sérail et partagé sa passion pour les légumes oubliés. Grâce à la culture de variétés comme l’arbre aux épinards, la carotte sauvage ou la betterave Chioggia, il compte conserver la tradition et contribuer à la biodiversité.

La visite était suivie d’un menu végétarien composé de légumes cultivés dans le « Klouschtergaart » et préparée par la talentueuse cuisinière Mme Corinne Colles du Naturmusée :

Muertenzopp mat enger Kastanienenhauf, Polentaschnëtter mat Hierschtzalot

Defteg Samosa ob engem Geméisragout mat enger erfreschender Kräiderzalot

Risotto mat Geméiser aus dem Gaart.

Biren-Tonkabounencrème mat Birenkompott an enger Schokolasglace

Le repas s’est terminé dans une ambiance des plus conviviales.

Photo-1

Visite guidée des jardins du couvent »Klouschtergaart » (Invitation / Einladung)

INVITATION

(deutsche Fassung siehe weiter unten)

«Visite guidée des jardins du couvent »Klouschtergaart » à Luxembourg-Grund »

M. Steve Schartz, véritable passionné des légumes oubliés nous fera découvrir les jardins du couvent collés au pied des fortifications de la Ville de Luxembourg dans le cadre pittoresque du Grund. Il nous donnera un aperçu sur l´histoire du jardin et des informations sur les différentes légumes cultivés dans le jardin.

Après la visite nous passerons à table dans le café de la cuisine, ou la chef des lieux, Madame Corinne Colles nous aura préparé un menu végétarien surprise en 3 plats avec les légumes cultivés dans le « Klouschtergaart ». Après le dejeuner vous aurez aussi la possibilité de visiter le musée.

La visite sera faite en langue luxembourgeoise.

Date :
Dimanche, 12 septembre 2010 à 10.15
Lieu et adresse :
Entrée du Musée national d´histoire naturelle au Grund,
25, rue Munster
www.mnhn.lu
Possibilité de parking :
Parking St.Esprit + Asenceur dans de Grund et Parking Bisserwee
Frais de participation :
Visite et menu ( 1 verre de vin et 1 café compris)
Membre : EUR 30,- Non-membre : EUR 35,-

L’inscription pour cet évenement doit se faire par virement des frais de participation sur le compte CCP no. IBAN LU03 1111 1719 6884 0000 de l’a.s.b.l. Slow Food Luxembourg avant le jeudi 9 septembre 2010.


EINLADUNG

„Führung durch den „Klouschtergaart“ in Luxemburg-Stadtgrund“

Herr Steve Schartz, begeisterter Gärtner und Verantwortlicher des für den „Klouschtergaart“ wird uns durch den idyllischen Garten an den Hängen der Festung im pittoresken Grund führen und uns Informationen zur Geschichte des Gartens und den angebauten Gemüsesorten geben.

Im Anschluß an diesen „kulinarischen Spaziergang“ begeben wir uns zu Tisch in der Cafeteria des Museums, wo die Köchin Corinne Colles und mit dem Gemüse des „Klouschtergaart“ ein 3-gängiges vegetarisches Menu vorbereitet haben wird.

Im Anschluss an das Essen kann auch das Museum besichtigt werden.

Die Führung wird in luxemburgischer Sprache erfolgen.

Datum :
Sonntag, 12. September 2010 um 10.15 Uhr
Adresse :
Eingang vom Naturmuseum im Stadtgrund, 25, rue Munster
www.mnhn.lu
Parkmöglichkeiten :
Parking St.Esprit + Lift in de Stadtgrund.
Parking Bisserwee
Kostenbeitrag :
Führung und Menu (1 Glas Wein und 1 Kaffee inklusive)
Mitglieder: EUR 30,- Nicht-Mitglieder: EUR 35,-

Die Einschreibung erfolgt durch Überweisen des Kostenbeitrags auf das Konto CCP no. IBAN LU03 1111 1719 6884 0000 der a.s.b.l. Slow Food Luxembourg bis zum Donnerstag 9. September 2010.

300 étudiants pour le «slow food»

Au siège du mouvement écolo-gastronome

300 étudiants pour le «slow food»

En Italie, les jeunes gastronomes adeptes d’une alimentation «durable» ont leur université

Dans un hameau du Piémont (nord), l’Université des sciences gastronomiques (UNISG), fondée par le mouvement Slow Food, accueille plus de 300 étudiants venus du monde entier pour devenir des gastronomes résolus à défendre une alimentation «durable» et de qualité.
En plein coeur de la région viticole des Langhe et à quelques encablures d’Alba, «capitale» de la truffe blanche, ce «campus» se trouve à Pollenzo, petit bourg pittoresque dépendant de la commune de Bra qui est le siège du mouvement écolo-gastronome fondé en 1986 par Carlo Petrini.
Ayant pour emblème un escargot, Slow Food, qui revendique 100.000 membres dans 132 pays, se bat contre l’uniformisation du goût et pour la défense d’une gastronomie respectueuse de l’environnement et des traditions locales. Mais dans l’imposant bâtiment du XIXe siècle construit par la famille royale de Piémont-Sardaigne qui abrite l’Université, pas de fourneaux ni de casseroles.

Composantes «affectives, culturelles et humanistes»

Les étudiants ne sont pas là pour devenir chefs mais «gastronomes», de «nouvelles figures» pouvant travailler dans tous les champs de l’«agroalimentaire de qualité»: production, distribution, promotion et communication, selon l’UNISG.
«L’Université est née en 2004 de l’idée de Carlo Petrini de concevoir la gastronomie comme une science» en mettant l’accent sur les composantes «affectives, culturelles et humanistes» sans lesquelles «on ne réussit pas à comprendre la valeur de l’alimentation», raconte le directeur, Valter Cantino. Agronomie, viticulture, biologie, analyse sensorielle des aliments, histoire de la cuisine et du vin, anthropologie, marketing, communication figurent parmi les matières enseignées. Les étudiants font par ailleurs cinq voyages d’études par an en Italie ou à l’étranger.
L’UNISG étant privée, cet enseignement a un coût élevé: 13.500 euros par an pour le cycle en trois ans (licence), 21.000 euros pour le master d’un an. Environ un tiers des étudiants bénéficient de bourses. C’est cette approche interdisciplinaire qui plaît aux étudiants.
«J’ai fait un bac S et une prépa physique-chimie mais la manière d’étudier ne me correspondait pas. En France, quand on pense à la nourriture, ou c’est très technologique ou il faut devenir cuisinier» alors que «j’attendais de comprendre plus que de faire», souligne Guillemette Barthouil, Française de 21 ans, originaire de Peyrehorade (Landes, sud-ouest).
Fille de producteurs de foie gras et de saumon fumé, membres de Slow Food, elle n’exclut pas de reprendre l’entreprise familiale mais veut d’abord poursuivre ses études dans l’agriculture et le développement du territoire.
Californien de 26 ans, Laine Steelman est lui aussi sensibilisé depuis longtemps aux préceptes de Slow Food, ayant été dès 14 ans commis chez le célèbre chef californien Alice Waters, membre du mouvement.
Après sa formation, il envisage de mettre en place une structure à but non lucratif pour développer l’agriculture bio et l’économie rurale dans le Kentucky, Etat beaucoup moins réceptif aux idées «slow food» que sa Californie natale.
Un projet pour lequel il affiche son optimisme: «avec la crise, tout a changé et tout le monde sait qu’il faut modifier le système d’alimentation, se concentrer plus sur l’économie locale au lieu d’importer des produits venant de l’autre bout du monde».
Equatorienne de 24 ans, Claudia Garcia s’interroge de son côté sur la confrontation avec le monde du travail après la formation. «Peut-être qu’en sortant, on s’apercevra que ce qu’on a vu, c’était de l’utopie», estime-t-elle, «mais ce sont les utopies qui ouvrent la voie». (AFP)
Dieser Text ist urheberrechtlich geschützt.
Quelle:
Verlag: Luxemburger Wort Publikation: Luxemburger Wort
Ausgabe: Nr.205  Datum: Freitag, den 03. September 2010
Seite: Nr.93